Quatre pages, carte-correspondance, sans date (au crayon bleu, de la main d’Edmond Magnier, 3 janvier 87).
 
 
 
Cher monsieur,
Vous êtes un homme terrible avec vos promesses... je comptais sur dix louis samedi et la portion congrue de cinq louis, à laquelle vous m’avez réduit, m’a créé de sérieux ennuis. J’ai dû laisser un reliquat de cent francs à mon hôtel, que je vous serais on ne peut plus reconnaissant d’acquitter à la présentation d’un reçu de cent francs signé de moi, le 10 janvier, à la caisse de l’Événement. Ces gens en ont absolument besoin pour le terme du 15 et ma situation vis-à-vis d’eux est des plus fausses ; je puis, n’est-ce pas, compter sur vous pour cette date et vous voudrez bien donner vos ordres à cet effet à M. Colombier, ce mois de janvier est des plus lourds et j’ai tout le mal possible à faire face à tous mes engagements.
C’est un réel service à me rendre et je vous sais trop galant homme pour me le refuser .
Autres chats à fouetter : me permettez-vous de consacrer la prochaine chronique de Lorrain vendredi soir au Nu et au Déshabillé en art à propos de la condamnation du Courrier Français, je serais heureux de faire ce plaisir à Roques, qui me le demande, et j’ai d’assez curieux et piquants documents.
Un mot, qui me fixe sur toutes ces questions, et veuillez trouver ici, cher monsieur, avec ma plus cordiale poignée de main, mes souhaits les plus vifs pour l’année commençante.
Lorrain.
Jean Lorrain
68 lettres à Edmond magnier
 
Toutes les lettres de Jean Lorrain, sabrées d’un L, et datées quelquefois par Magnier, puis mises par lui dans un dossier, ont échoué, un jour d’octobre 1906 à l’hôtel des Ventes où l’on dispersait sa bibliothèque et ses papiers.
Pour 17 francs seize paniers remplis de papiers, de lettres, de dossiers, de coupures, de vieux titres de sociétés en déconfiture, de journaux, d’actes d’huissier.
 
Ainsi parle M. Henri Chapoutot, acquéreur, qui a publié ces lettres en 1909. Le tirage était de 100 exemplaires. Pour les exemplaires numérotés de 1 à 68 ce bibliophile a joint la lettre autographe portant le même numéro  (nous n’avons que l’ex. n°80), à l’ex. 33 la lettre de Pierre Loti et au N° 41 la chronique refusée.
Dans sa préface* il nous dit l’avoir reproduit intégralement ; en plusieurs endroits seulement nous avons cru devoir remplacer des noms propres par des points : ce n’est pas en effet le scandale que nous recherchons.

 

 

 

paréiasaure éditions catalogue généralcatalogue alphabétiquecatalogue thématiqueliens, etc.