paréiasaure éditions catalogue généralcatalogue alphabétiquecatalogue thématiqueliens, etc.

Du même auteur :
Portraits Anarpatagraphiques - Souvenirs, gestes et opinions de quelques iconoclastes - De la Fourchette au Pied
Ubu et la manivelle à rien -Edmond Réaliste un savant dans son siècle.

 

De la Fourchette au Pied
Vincent Puente

A/Généralités

La Fourchette au Pied (ou footfork) se joue comme de bien entendu à l’aide d’une fourchette posée sur le sol que le joueur habile se fera fort d’expédier dans une douche située à au moins 40 centimètres du point d’envol de ladite fourchette. Une partie de Fourchette au Pied se joue en 5 points avec 2 points d’écart si égalité à 4 partout il y a.

On pratique d’ordinaire ce sport sur un bon plancher bien résistant, voire sur du linoleum à l’unique condition que la couleur de celui-ci soit d’un beau vert. Sont proscrits et non conformes la moquette, le carrelage, l’emmenthal et tous revêtements de sol autres que ceux cités ci-dessus.

Les dimensions idéales d’un terrain de Fourchette au Pied sont de 90 centimètres pour la largeur et de 120 centimètres pour la longueur. Le terrain - outre la douche, c’est à dire ces 120 centimètres de longueur - est coupé en deux parties (respectivement de 80 et 40 centimètres) par une ligne qui à son aplomb voit poindre les dents de la fourchette prête à être expédiée dans la douche. Rappelons qu’entre cette ligne et le rebord de la douche (dont la hauteur ne saurait être inférieure à 10 centimètres ou supérieure à 30 centimètres pour rester conforme au jeu) résident au minimum 40 centimètres.

Conversation en aérostat.
 Collage de Vincent Puente

La zone de ces 40 centimètres située entre la Ligne d’Aplomb (dite ainsi à cause, on s’en doute mais rien ne vaut une précision tout à fait inutile, de sa fonction expliquée plus haut) et le rebord de la douche est appelé Zone Neutre. Elle n’apporte ni ne retire au joueur qui projette sa fourchette à cet endroit aucun point (mais aucune gloire non plus).

La zone des 80 centimètres qui constitue le reste de la longueur du terrain est appelée Zone Australe (ou Islande, selon que le jeu se déroule au nord ou au sud de l’équateur). Elle coûte un point au malheureux qui tente en vain, faut-il le préciser, d’expédier sa fourchette assez loin en arrière pour obtenir le bonus conféré à ce type de coup que l’on a pris l’habitude de nommer "rétropédalage".

Le rétropédalage est un coup bien particulier pouvant être interprété par le néophyte comme un coup totalement en dehors de l’esprit du jeu puisque le joueur qui tente cette manœuvre ne se propose pas de mettre, comme à l’accoutumée, la fourchette dans la douche, mais bel et bien d’un geste fort difficile du pied (ce dernier ne devant point faire de mouvement visible vers l’arrière), d’expédier ladite fourchette à l’opposé de son but traditionnel dans l’intention de marquer deux points. Un rétropédalage doit toujours être annoncé avant son exécution pour que les points soient validés ; si tel n’était pas le cas, le joueur contrevenant et distrait se verrait pénalisé des deux points qu’il escomptait glaner de cette manière.

La Zone Rétropédalée n’est jamais délimitée par des lignes ; on sait simplement qu’elle se situe derrière la ligne de la Zone Australe et l’on conçoit traditionnellement que, si sa longueur reste indéfinie, sa largeur correspond à celle du terrain sur lequel se déroulent les épreuves, ce qui oblige le rétropédalage à être un coup en ligne droite. Cette absence de ligne de fond de terrain s’explique par le fait que le rétropédalage ne fut créé que plusieurs années après la création de la Fourchette au Pied. Certains joueurs firent alors pendant les parties officielles des concours plus officieux de longueur en "rétropédalant" leur fourchette (d’autres encore brassaient la bière ou faisaient du cidre). La convention choisie pour la largeur de la zone de rétropédalage s’explique quant à elle par le fait que les inventeurs de la Fourchette au Pied utilisèrent un couloir dont les murs les dispensèrent de tracer d’autres lignes pour leurs premières compétitions.

La douche elle-même est le moyen le plus facile de marquer un point si l’on y envoie correctement sa fourchette d’un maître coup de pied; en terme de jeu elle est appelée Zone du Point Propre.

Il est néanmoins bon de noter que pour qu’un point soit accepté par les arbitres, il faut obligatoirement que la fourchette stationne assurément dans la douche à la fin de son envol. De même, pour que les deux points d’un rétropédalage soient validés, la fourchette doit avoir passé entièrement la ligne qui lui ouvre la zone adéquate. Les arbitres se feront fort d’ôter également un point à celui qui par maladresse ou par mégarde aurait expédié sa fourchette hors des limites latérales du terrain.

Dans les très grands tournois modernes (ceci ne se fait plus guère ou de manière exception-nelle), il était d’usage d’accrocher une ampoule au plafond juste devant la douche (très exactement à l’aplomb de son rebord). Celui qui touchait cette ampoule de sa fourchette marquait à sa grande joie quatre points fort bien venus. Briser l’ampoule signifiait gagner la partie et même le titre si l’on était en finale. Personne à ce jour n’a réussi de tels exploits, pas même le Moldave Indrisi Hondrz (1926-1965) qui pourtant avant de jouer au footfork en professionnel était électricien.